PHOT

SUREEL.COM

TOUT SUR MOI

 

L’image est mon mode de communication privilégie. Plus immédiate, plus globale, elle exprime ma sensibilité de manière plus spontanée.

 

J’ai d’abord fait des court-métrages, mais ceci demande de travailler au sein d’une équipe, et de fait demande beaucoup d’organisation. J’ai besoin de simplicité, et la photo s’est avérée un mode d’expression beaucoup plus commode; d’autant que j’ai toujours marqué une préférence pour l’image fixe (je suis fan du surréalisme, et de photo-montages).

La photo me permet dès lors de communiquer ce que je ne peux exprimer par des mots. Elle me permet de garder un esprit indépendant, puisque physiquement, je ne peux pas l’être autant que je voudrais.

 

Par ailleurs, j’ai des origines très métissées (anglaise, française, polonaise et russe), et ce mélange m’a toujours poussée à aller vers l’autre, voyager en somme: découvrir de nouveaux espaces, de nouvelles personnes, de nouvelles idées.

C’est aussi pour cela que je parle plusieurs langues. Chaque langue véhicule un mode de pensée, une vision du monde particulière. Et donc adopter de nouvelles langues, c’est ouvrir son champ de vision, élargir ses possibilités de perceptions.

Ma vie est fondée sur la diversité et l’échange: la photo me permet d’exprimer cela.

 

Une photo, c’est aussi un moment suspendu, une faille dans le temps.

Et c’est ce que je veux montrer dans mon nouveau projet. Je me déplace en fauteuil, je vais beaucoup moins vite que les personnes valides. Et je suis, semble-t-il, plus sensible à l’immobilité (mannequins en vitrines), aux jeux de miroirs, aux jeux de reflets.

 

Lentement mobile, j’observe l’immobile dans un environnement super mobile...